Articulations : vivre avec une prothèse

une prothèse

Plusieurs mois sont en général nécessaires pour que l’implantation d’une articulation artificielle devienne profitable au patient. Le remplacement de l’articulation de la hanche par une prothèse a permis d’améliorer considérablement la qualité de vie d’un grand nombre de personnes souffrant d’arthrose, de rhumatisme inflammatoire ou de séquelles traumatiques.

L’implantation d’une prothèse de hanche est proposée en dernier recours lorsqu’une articulation est usée que les douleurs deviennent vraiment insupportables pour le patient et que les traitements médicamenteux ne parviennent plus à soulager. En effet, la douleur, les difficultés à bouger normalement et leurs impacts sur la qualité de vie représentent les éléments déterminants qui font que le médecin et le patient vont opter pour l’intervention chirurgicale. Mais d’autres éléments sont également pris en compte dans cette décision d’opérer notamment le degré d’usure de l’articulation, l’âge ou la profession exercée par le patient. Après l’opération, il faut compter environ deux mois avant de pouvoir reprendre progressivement les activités du quotidien. Dans la pratique Le patient doit compter 5 à 8 mois pour obtenir le résultat optimal après une intervention sur un genou ou une hanche. Il devient alors possible de revivre normalement avec une prothèse et accomplir les activités quotidiennes.

Cependant il faudra prendre en compte l’âge et les capacités physiques antérieures à l’intervention en se montrant raisonnable car une prothèse est plus fragile qu’une hanche normale. Si avant l’opération vous pratiquiez la course à pied, le vélo, le ski ou la natation, vous pouvez parfaitement vous y remettre  mais progressivement les activités conseillées sont la natation, la marche, le golf, le vélo, à condition de les pratiquer à un rythme modéré. En revanche, les activités sportives comme  le judo, karaté, sports d’équipe, sauts…

Après l’opération, il faut environ attendre deux mois avant de pouvoir  reconduire une voiture. Mais, au bout d’un mois, le patient pourra voyager comme passager en se montrant prudent en entrant et sortant de la voiture ce qui pourrait être douloureux ou même provoquer un déboîtement de la prothèse. Il est possible de voyager en avion mais faites vous établir une attestation du chirurgien ou un certificat médical pour justifier le port d’un matériel métallique car les portiques de détection des aéroports peuvent déceler l’acier de la prothèse. Concernant l’alimentation, le patient devra surveiller son poids car  l’obésité est l’ennemie des prothèses de hanche. Un régime alimentaire varié et équilibré, combiné à une activité physique régulière, est fortement conseillé.